Barry White ‎ – 1973 – J’ai Tant à Donner Téléchargement Gratuit

0


Barry White est devenu une figure tellement emblématique qu’il est étrange d’entendre ses débuts lors de ses débuts en 1973. J’ai tellement à donner. Dans un sens, son son est entièrement formé – il n’y a pas de doute sur son baryton de velours ou son environnement luxuriant et drapé de cordes, en particulier à la fin de l’album « Je vais t’aimer juste un peu plus, bébé», une chanson si séduisante qu’elle a donné le ton pour la suite de sa carrière. Toujours, derrière cette draperie crémeuse, il est possible d’entendre une forte dette envers Isaac Hayes tout au long de J’ai tellement à donner, en particulier lorsque toute l’affaire s’ouvre sur une exploration lente et régulière de huit minutes.Debout dans l’ombre de l’amour » qui enlève tout le rebondissement de l’original de Supremes, tout comme la façon dont tous les remaniements de Hayes des succès pop des années 60 ont bouleversé les versions à succès de Hot Buttered Soul.

Barry suit peut-être les traces d’Isaac, mais il se retrouve sur sa propre voie, une voie qui n’est pas aussi ambitieuse, une qui est assez attachée à la romance à l’exclusion de tout le reste. Comparé à ce que White a fait plus tard, J’ai tellement à donner affiche une bonne quantité de fioritures étrangères – tout est question de sexe, mais il y a des textures et des humeurs changeantes, c’est plus sérieux quant à sa séduction parce que la réputation de White en tant qu’amant n’est pas sûr – ce qui en fait un dossier plus riche et plus intéressant que la plupart de son œuvre, contenant peut-être des impasses, mais étant d’autant plus captivant pour sa légère touche de désordre.

Des pistes
A1 Debout dans l’ombre de l’amour 8h00
A2 Ramener mon hier 6h40
B1 J’ai trouvé quelqu’un 5:55
B2 J’ai tellement à donner 8:11
B3 Je vais t’aimer juste un peu plus bébé 7:20

Tant d’artistes de la musique de différentes époques ne peuvent que rêver d’un premier album aussi défini que celui-ci s’est avéré être. Il est difficile d’imaginer que Barry White était un inconnu total, simplement un producteur à succès marginal avant la sortie de cet album et après, presque tout le monde connaissait son nom. L’une des raisons de cette reconnaissance précoce est simplement qu’il faut généralement au moins deux ou trois albums dans une carrière avant qu’un artiste ne se fasse vraiment un nom. Sur ce premier album, il n’y avait absolument aucune nature tenace dans le son. Comme Isaac Hayes cinq ans plus tôt avec son repère Âme au beurre chaud cela a établi le modèle pour les prochains albums à venir de White. Chose intéressante, c’est là que la comparaison se termine vraiment avec Isaac. Le style d’âme cinématographique de White ne possède pas les saveurs d’âme psychédéliques et en rafales auxquelles Hayes avait dû faire face pendant sa période de percée. Il y a une sophistication urbaine plus nordique dans les arrangements ici qui ont beaucoup de saveurs Philly/Gamble & Huff, mais néanmoins Barry White est toujours l’une des personnes les plus funky du moment. Même si cet album est presque entièrement composé de chansons plus lentes telles que « Ramène mon amour« , « J’ai trouvé quelqu’un » et le chanson titre chacune de ces chansons possède ce groove slow funk puissant de l’ère de la blacksploitation où la section rythmique, l’orchestre et les choristes maintiennent tous la progression dramatique du début à la fin.



Par André S. Grindle

Ce qui est intéressant, c’est que ces chansons n’ont jamais été destinées à Barry lui-même. Il les a écrites pour quelqu’un d’autre et elles n’ont été conçues qu’à titre de référence, mais lorsqu’il s’est entendu chanter ces chansons, Barry s’est rendu compte qu’il avait établi sans le savoir comment il sonnerait en tant qu’artiste solo. Ce sont des âmes romantiques étendues des symphonies comme seul Barry pouvait les livrer. Les deux autres chansons de cet album abandonnent beaucoup plus évidemment le funk. Le Arbre -comme les wah wah et l’arrangement de construction de sa version de « Debout dans l’ombre de l’amour» apporte le Hollande/Dozier/Hollande original dans une toute nouvelle ère et rend plus que justice au célèbre hit des Four Tops en le mettant à jour avec succès pour l’ère funk des années 70. La seule chanson qui aurait pu facilement faire cet album même si l’album n’avait pas été aussi bon autrement était « Je vais t’aimer juste un peu plus, bébé“. C’est l’une des premières chansons que même les non-fans ont à l’esprit lorsqu’ils pensent à Barry White et a été utilisée dans autant de chansons modernes. Scènes de sexe de films hollywoodiens comme « Let’s Get It On ».

Ce qui est étonnant dans cette chanson pour moi, c’est l’énergie qu’elle accumule et ce qu’est un arrangement constructiviste ; la batterie, les claviers et les styles de piano jazzy de Barry se sont progressivement introduits dans la chanson. Donc, croyez-le ou non, cela implique musicalement l’acte sexuel lui-même et en fait c’est tout un exploit. Cet album a été publié sur CD et a été épuisé plus tard, alors heureusement, Hip-O Select l’a réédité sur CD maintenant avec des pistes bonus. L’un est une brillante prise instrumentale de la chanson dont je viens de parler et qui s’intitule « Just A Little More Baby » avec quelques voix de sauvegarde en écho à plusieurs pistes de Barry ajoutées pour effet. L’autre est un instrument total de la chanson titre, montrant à quel point la musique de Barry était musicalement inventive et élaborée, même sans le drame des narrations orales et des voix de basse. C’est un grand honneur pour le regretté Barry White que cet album soit à nouveau disponible afin que les générations actuelles et futures aient l’opportunité de le voir dans son contexte musical plutôt que culturel.



Trouver ici

Plus de ses albums et projets (écriture ou production d’albums) dans nos dernières pages ici

ou Cliquez sur sur n’importe quelle couverture d’album ci-dessous

Acheter l’albumBarry White ‎ – 1973 – J’ai tellement à donner



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *