BBC Proms, Northern Soul (Critique)

0


Cela aurait pu choquer d’entendre la musique underground de Northern Soul rendue si correctement dans les environs brillants du Royal Albert Hall. Mais avec des arrangements de Joe Duddell et Fiona Brice – interprétés par le BBC Concert Orchestra – la musique qui a illuminé les salles de crachat et de sciure de bois du nord de l’Angleterre a reçu un éclat et une splendeur supplémentaires, tout en offrant l’attaque propulsive qui a propulsé une Northern Soul tout -nuit.

Le DJ et co-commissaire Stuart Maconie a fait une mise en scène bienvenue expliquant comment les villes industrielles du nord gravitaient vers les coupes profondes de l’âme qui n’ont jamais vu de percée commerciale aux États-Unis. Les membres du public ont applaudi alors que Maconie défilait dans des lieux comme la Mecque de Blackpool, la torche dorée de Stoke et le casino de Wigan, se souvenant probablement de longues nuits moites déchirant la piste de danse, pressant jusqu’à la dernière goutte de liberté du week-end.

DJ et co-commissaire Stuart Maconie.  Crédit : BBC, Andy Paradise
DJ et co-commissaire Stuart Maconie. Crédit: BBC / Andy Paradise

Le premier set du concert a commencé provisoirement, entaché de problèmes sonores qui ont laissé les chanteurs sous-amplifiés par endroits. Mais au quatrième ou cinquième chant, les étoiles ont commencé à s’aligner. Le talent vocal de la soirée a servi de nombreux délices : les gémissements de fausset de Brendan Reilly sur « Time » d’Edwin Starr, Vula Malinga naviguant habilement dans les modulations sur « Time Will Pass You By » de Tobi Legend, le traitement coquet de Frida Touray sur « You’re Gonna » de Sandi Sheldon. Fais-moi t’aimer. »

Le chanteur Darrell Smith, basé dans le Lancashire, a également donné un poids impressionnant à « Il y a un fantôme dans ma maison » de R. Dean Taylor, tandis que Natalie Palmer s’est frayé un chemin à travers « What » de Judy Street. Nick Shirm, la malheureuse victime de problèmes de son dans le premier set, a su se racheter avec une interprétation passionnément chantée de « I’m On My Way » de Dean Parrish.

Au fur et à mesure que les performances du deuxième set gagnaient en confiance, la réponse du public montait en tandem, conduisant à une cacophonie de cris, de piétinements et d’applaudissements d’un genre que je n’avais jamais vu aux BBC Proms auparavant. Tout mon scepticisme initial a été rapidement banni.

Brendan Reilly. Crédit: BBC / Andy Paradise

Toutes les photographies sont reproduites avec l’aimable autorisation de BBC / Andy Paradise



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *