Double contrepoint inversible – Le club des auditeurs

0


Réfléchissant sur le travail de son père, Carl Philipp Emanuel Bach a écrit,

Si jamais un compositeur a montré la polyphonie dans toute sa force, c’est bien Bach…. Personne n’a montré autant que lui, dans des œuvres qui semblent normalement si sèches, autant d’imagination et d’originalité de pensée…. Ses mélodies étaient certes atypiques, mais elles étaient toujours variées, riches d’invention, et elles ne ressemblent en rien à celles des autres compositeurs. Son tempérament sérieux l’attire en privé vers une musique élaborée, grave et profonde.

La polyphonie magique de JS Bach est pleinement exposée dans le Prélude et Fugue n° 16 en sol mineur, BWV 885, du Livre II de Le Clavier bien tempéré. A l’écoute du jeu des voix, on n’a plus conscience d’un compositeur manipulant le contrepoint. Au lieu de cela, la musique semble organique et auto-organisée. Au fur et à mesure qu’une phrase s’ouvre sur la suivante, il est facile d’imaginer une procession à travers une série de portes, chacune menant à une nouvelle pièce alléchante.

La claveciniste, Christine Schornsheim, décrit le Prélude à trois voix comme « désespérant, mélancolique et strict ». Bach a souligné le caractère solennel de cette musique, remplie de rythmes pointés majestueux, avec le marquage du tempo, Largo. C’est l’un des trois seuls exemples parmi les 48 Préludes et Fugues de la collection de deux livres dans lesquels Bach a spécifié un tempo.

La fugue à quatre voix qui suit initie un jeu spectaculaire de double contrepoint inversible. Avec cet appareil, les positions des voix, en termes de registre, sont inversées, une voix plus haute émergeant dans le registre grave, et vice versa. Sujet et contre-sujet se mélangent pour former une expression d’euphorie toujours plus intense.

Cette performance de septembre 2022, enregistrée par la Netherlands Bach Society dans le cadre de leur Tout Bach initiative, met en vedette Christine Schornsheim :

Image en vedette : « Bâtiment de l’Assemblée nationale à Dhaka, Bangladesh par Louis Kahn », photographie de Raymond Meier

À propos de Timothy Judd

Originaire du nord de l’État de New York, Timothy Judd est membre de la section de violon de l’Orchestre symphonique de Richmond depuis 2001. Il est diplômé de l’Eastman School of Music où il a obtenu les diplômes Bachelor of Music et Master of Music, étudiant avec des musiciens ukrainiens de renommée mondiale. -Le violoniste américain Oleh Krysa.

Fils d’enseignants de musique dans une école publique, Timothy Judd a commencé des cours de violon à l’âge de quatre ans par le biais de la division de l’éducation communautaire d’Eastman. Il a été l’élève d’Anastasia Jempelis, l’une des premières championnes de la méthode Suzuki aux États-Unis.

Enseignant passionné, M. Judd a maintenu un studio de violon privé dans la région de Richmond depuis 2002 et a été actif comme entraîneur de musique de chambre et de nombreuses sections d’orchestres de jeunes.

Pendant son temps libre, Timothy Judd aime s’entraîner avec le populaire programme d’entraînement physique SEAL Team de Richmond.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *