Estee Nack sort le premier album très attendu de Griselda Records « Nacksaw Jim Duggan » (Critique d’album)

0


Estée Nack est un MC et producteur de 38 ans de Boston, Massachusetts émergeant en tant que membre de les alliés tragiques. Il s’est également lancé seul dans ma première année de lycée de ses débuts en solo, produit par Purpose. 14 formes : le livre d’Estée Nack & s’est depuis construit une discographie longue mais impressionnante. Parmi les autres faits saillants, mentionnons le Sadhugold-produit Surfinongold.wav à côté de sa suite L’Ordre de la Toison d’orle Pointe Giallo-produit Papitasses efforts de collaboration avec al.divino ou plus récemment le Don V-produit BRAP (Born Rewards & Pénalités). Mais venant tout juste de la 6e tranche de la #MiniMansionDust série, il dévoile enfin son 8e album complet & Griselda Records premier exécutif produit par le FLYGOD lui-même Westside Gunn.

« Nackman Coletrain » est une ouverture sans tambour de l’album produit par Denny LaFlare qui se lance déjà dans sa merde de rap à la coke tandis que « Mass Money Wires » avec al.divino fonctionne dans certains pianos, coups de pied et caisses claires, donc tous les deux parlent de brûler des arbres à la place de ponts auxquels, en tant que fumeur d’herbe moi-même, je peux absolument m’identifier. « Bonductor We Have a Problem » joue évidemment dans Chef d’orchestre Williams‘ nom alors que le beatsmith de KC abandonne la batterie une fois de plus en parlant de refuser de baiser avec qui que ce soit aujourd’hui, c’est-à-dire jusqu’à ce que « Angeldior » replonge dans le territoire du boom bap avec l’aimable autorisation de JR Swiftz Alors Estee peut dire clairement qu’il a été un rêveur encourageant à venir chercher un plaisir pour la foule.

D’autre part, « Green Celophane » travaille dans un rock instrumental sans batterie de Moine camouflage parler d’être dans la jungle avec des créatures juste avant « Fetty Guerrero » par al.divino a une ambiance plus minimale bien que morbide discuter de regarder ce qu’ils font quand le flambeau leur est transmis. « Strawberry Milk » a un ton plus joyeux appelant sonorement ceux qui essaient de copier la formule qui ne l’obtiennent tout simplement pas menant à « We Made History » après l’intermède « Knowledge Wisdom » ayant une qualité plus chatoyante grâce au pote Cee Gee avec le titre disant tout sur le sujet.

« Mini Mansion Bartel » plonge dans un territoire plus morne en disant que ses potes partent en guerre pour lui comme s’il était le fils de Chapo en plus de payer le prix depuis qu’il a des rayures comme Waldo tandis que « Tal Commando » dégage une ambiance plus tendue cette fois-ci en parlant de se transformer en Arnold Schwarzenegger dans la jungle. La chanson « Vanilla Skies » revient sur le boom bap avertissant que ça va être un été chaud tandis que l’avant-dernière piste « Space X » lace un chant instrumental parlant de le retrouver dans une station spatiale avec Elon. « Old NackDonald Had a Farm » mettant en vedette West est un coup de poing froid plus proche de ceux qui cultivent de la merde qui n’est pas aussi forte que la leur.

Compte tenu de la longue histoire de travail d’Estee avec Griselda, ce n’était qu’une question de temps pour qu’il sorte son propre album à travers eux et il se trouve bien sûr qu’il est parmi les plus forts de sa discographie. La production est enracinée dans le son signature du label et les performances de M. Rose sont à la hauteur sinon plus fortes que BRAP (Born Rewards & Pénalités)‘s, qui devrait être plus que suffisant pour satisfaire les fans de longue date et me fait anticiper encore plus son avenir avec la centrale électrique de Buffalo.

Note : 9/10





Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *