Ice Cube parle de la saison 6 de The Big 3 et Hip-Hop50

0


Glaçon, le légendaire co-fondateur du BIG3, a lancé une autre des meilleures ligues de basket-ball 3 contre 3. La saison a été lancée au United Center de Chicago et se poursuivra avec une saison régulière de huit semaines qui apportera l’expérience BIG3 dans des villes telles que Boston, Charlotte, Dallas et New York, culminant avec un festival en plein air à l’emblématique Arthur Ashe Stadium. le 9 juillet.

Dans un mouvement révolutionnaire, le BIG3 étend sa portée au-delà de l’Amérique du Nord, avec le match de championnat et le match des étoiles 2023 prévus le 26 août au légendaire O2 Arena de Londres. C’est la première fois qu’un match BIG3 aura lieu à l’extérieur de l’Amérique du Nord, mettant en valeur l’attrait mondial de la ligue. Glaçon a exprimé son enthousiasme pour l’expansion internationale de la ligue, promettant aux fans une expérience inoubliable.

L’expérience des fans de Big 3 s’étend également à Daily Fantasy Sports, en partenariat avec Prize Picks pour proposer des concours sur l’action de chaque semaine.

« Ce partenariat va être incroyable pour les deux entreprises », a déclaré Steven Kerstein, responsable des relations avec les entreprises et de l’intelligence du marché, Prize Picks. « Il y a tellement de synergies entre nous. Nos clients aiment le basket avant tout. C’est de loin notre sport numéro un. Il y a une énorme opportunité, et nous pensons que The Big 3 peut captiver les fans de basket en été.

« La majorité de nos clients sont dans la vingtaine et au début de la trentaine. Ils ont grandi en regardant ces joueurs, mais vont aussi, à travers les paramètres du jeu, découvrir de nouveaux joueurs comme Isaiah Briscoe. C’est une opportunité vraiment puissante.

Ice Cube fait écho à ce sentiment, estimant que la ligue est de retour sur la bonne voie pour offrir une apparence de basket-ball exceptionnelle après avoir vaincu les barrages routiers de la pandémie de COVID-19.

Dans une interview avec La Source, Ice Cube révèle ce que les fans peuvent attendre de The Big 3 au cours de la saison 2023, en continuant à développer la ligue et en célébrant le Hip-Hop 50.

Nous sommes assis au milieu du Hip-Hop 50. Qu’est-ce que cela vous fait de regarder les légendes et de comprendre que les gens vous admirent de la même manière ?

Ça fait du bien. Beaucoup de gens se lancent dans le jeu pour de l’argent. Quand je suis entré, c’était une question de respect. Vous voulez être respecté en tant que dope MC. La fierté, pour ainsi dire, réside dans la façon dont les gens vous regardent et vénèrent ce que vous avez fait. Pour moi, c’est mieux que d’avoir des chiffres et de vendre 10 millions de disques. Les ventes de disques n’ont pas vraiment d’importance. Le respect compte le plus.

Nous reviendrons sur quelques autres choses Hip-Hop, mais nous entrons dans la saison six de The Big 3. L’une des choses que j’ai ressenties était très puissante et a attiré beaucoup de gens dans cette ligue était votre croyance dans le produit en tant que fan . C’est ce que tu voulais voir. Nos héros ou les personnes qui ont frappé ce mur d’âge de la NBA sont forcés de sortir. Que pensez-vous des progrès réalisés par The Big 3 en tant que fan et homme d’affaires ?

En tant que fan, c’est génial. J’adore regarder ces gars-là s’y mettre. Lorsque vous commencez à vieillir dans la ligue, vos compétences s’améliorent. C’est comme les trucs du métier, vos petits coups sournois, et tout ce qui se développe. Vous les avez perfectionnés et perfectionnés. Mais maintenant, certains gars ne peuvent pas gérer ces 82 matchs, sur tout le terrain, dos à dos, trois matchs en quatre nuits. Mais un demi-terrain à 50 une fois par semaine, ils ont l’air aussi bien que lorsqu’ils faisaient la course NBA. Je pense que nous avons un grand sport que les gens reconnaissent, et nous le faisons de la bonne façon. Nous rendons notre version du jeu aussi excitante que possible. Nous avons des tirs à quatre points, des jets «Bring the Fire», essayant d’être un jeu plus rapide et un score cible de 50. Toutes ces choses, pour moi, rendent notre jeu unique et intéressant à regarder. Nous avons des vérifications manuelles et des bavardages. Nous avons calibré le jeu là où nous estimons que nous n’avons pas besoin de continuer à bricoler. Les victoires sont difficiles à obtenir. J’ai vu des équipes faire 5-0 et ne plus gagner de match. C’est une courte saison, mais vous devez voir à travers la mouture. C’est un sprint, dix semaines. Ça devient assez rude.

En tant qu’homme d’affaires, c’est beaucoup d’obstacles que nous avons réussi à franchir. COVID a frappé toutes les entreprises, et pour nous de pouvoir survivre à cela, alors que nous n’étions qu’à trois ans à l’époque, c’est assez remarquable. Ces deux dernières années, nous en sommes sortis, et maintenant nous sommes revenus au modèle d’affaires que nous avions prévu. Aller de ville en ville lors d’une tournée et d’un match des étoiles.

Vous mentionnez cet élément de tournée, et maintenant vous êtes sur le point d’aller à Londres. Qu’est-ce que cela fait de savoir que vous voyagez dans les eaux internationales et que vous pouvez attirer un public international ?

C’est bien. Vous savez, l’une des choses qui n’a jamais baissé, c’est nos cotes d’écoute. Nous avons peut-être eu des problèmes d’assiduité parce que nous étions dans la bulle. Cette ligue n’est pas censée être dans une ville pendant dix semaines. C’est difficile de vendre quoi que ce soit dix fois de suite comme ça. Mais les cotes d’écoute ont toujours augmenté et nous avons été diffusés dans plus de 40 pays depuis nos débuts. Avec CBS, nous avons obtenu cette portée, et sur Paramount Plus, nous avons nos jeux en streaming dans le monde entier. Nous considérons la ligue comme une ligue mondiale parce que le basket-ball à trois contre trois est en fait plus populaire dans le monde que le basket à cinq contre cinq dans certains cas. Surtout en Asie. Nous avons toujours vu cela comme une pièce internationale. Nous sommes allés à Toronto avant. Nous sommes allés aux Bahamas. Nous avions organisé une tournée en Chine avant la pandémie, mais cela s’est arrêté lorsque Daryl Morey a dit quelque chose en Chine. Ils ont abattu tout le NBA dans le pays en 24 heures. Tout le merchandising des magasins était prêt à l’emploi, impossible de le trouver sur Internet, ce qui nous a aussi fait mal. Nous avons des gars affiliés à la NBA dans Dr. J (Julius Irving) ou Iceman (George Gervin). Nous avons donc été touchés par cela. Mais aller à Londres, c’est incroyable. Nous aurons un championnat et des matchs des étoiles, nous prenons donc nos meilleurs joueurs.

Le Big 3 a également des équipes d’expansion. La preuve du jeu international est l’équipe Euroball en expansion. Qu’est-ce qui a conduit à cette expansion ?

Tout comme la NBA, les gens veulent venir jouer lorsque vous obtenez la meilleure version du sport au monde. Le 3 contre 3 vient souvent d’être joué dans le sport amateur. Ils veulent goûter au jeu professionnel. Il faut donc s’étendre car on laisse trop de bons joueurs sur la touche. Ce n’est pas assez de places quand il n’y a que 12 équipes.

Nous avons des partenariats, des joueurs et de l’expansion. Selon vous, de quoi The Big 3 a-t-il besoin ensuite?

Continuer à avoir d’excellents partenaires et d’excellents investisseurs. Espérons que bientôt de grands propriétaires aideront à développer la ligue et à développer des équipes dans les villes. Cela nous permettrait de faire plus de choses que ce que font les autres ligues. Nous voulons nous appuyer sur notre programme Young 3, où nos joueurs et entraîneurs enseignent le basketball à trois contre trois aux jeunes. Ensuite, nous avons les jeunes portant des maillots The Triplets ou Three’s Company. C’est notre vision. Bien sûr, nous nous voyons nous développer et sécuriser davantage l’été. Tout commence à partir de cette saison et revient à aller de ville en ville.

Le Big 3 propose une expérience musicale en direct. Avec ce Hip-Hop 50, avons-nous des intégrations sympas de cette célébration dans cette saison ?

Dans chaque ville, nous visons à faire ressortir les personnes qui l’ont fait dans cette ville tout au long de ces 50 années. Pour Chicago, c’est Twista, Crucial Conflict et Do or Die. Nous avons Shawnna. Nous avions Chance the Rapper, mais il était réservé en double. Nous chercherons des artistes incontournables à Dallas, New York, Memphis et Charlotte. Certains sont à l’échelle nationale, et certains sont les favoris de la ville natale. Mais nous allons rendre hommage à ces villes.

En dehors des Big 3, ferez-vous quelque chose pour célébrer le Hip-Hop 50 ? Nous vous avons pour NWA, Westside Connection et votre carrière solo. C’est tellement de pistes.

Je suis heureux de faire partie de différentes célébrations, mais je n’ai pas vraiment pensé à organiser quelque chose. J’ai tellement de choses à faire avec les Big 3. Je suis censé jouer Yankee Stadium le 11 août, un énorme 50e anniversaire du truc Hip-Hop. Puis Essence Festival pour une autre fête du Hip-Hop. Donc, moi, faire autre chose serait répétitif.

Vous avez vu tellement de points du Hip-Hop. Il évolue chaque jour. Qu’est-ce que vous voyez aujourd’hui que vous appréciez vraiment dans la culture ?

J’aime la créativité sur scène. Cela pourrait être Kendrick Lamar ou Drake, Ye. Les artistes amènent les spectacles sur scène à un autre niveau, ce qui est bon à voir. C’est ce que j’apprécie le plus. Les gens font passer leur spectacle au niveau supérieur. Les gens devraient toujours pousser la créativité.

L’action Big 3 Semaine 2 est disponible ci-dessous.







Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *