Joseph Haydn ‘Symphony No.20’ : Plaisir festif !

0


Joseph Haydn : Symphonie n°20

Contexte

Souvent connu comme le « père de la symphonie », l’héritage de Joseph Haydn en tant que symphoniste reste fort aujourd’hui. Haydn a composé 104 symphonies au cours de sa longue et fructueuse vie, et nous, à Classicalexburns, voulons vous aider à découvrir les histoires et la musique derrière chacune d’elles. Dans l’ordre numérique, nous couvrirons chaque symphonie du nouveau projet #Haydn104, alors soyez à l’affût des nouvelles en consultant la page « Projets » sur notre site Web ou en vous engageant avec nous sur les réseaux sociaux.

La musique

Première symphonie en quatre mouvements depuis la n° 15, la vingtième symphonie de Joseph Haydn a probablement été composée entre 1761 et 1762.

Mouvement I

Cette symphonie a été décrite comme l’une des offres les plus festives de Haydn, avec le mouvement d’ouverture débordant d’énergie et pratiquement pétillant d’excitation. Les parties de cordes scaliques sont habilement équilibrées par les vents, qui ajoutent de la couleur et de la forme à la musique. Il y a un véritable dynamisme dans ce mouvement, les violons jouant des mélodies complexes tandis que la ligne de basse pousse la musique vers une conclusion passionnante.

Mouvement II

Le deuxième mouvement dépouillé est composé uniquement pour les cordes. Les premiers violons ont une douce mélodie ressemblant à une sérénade, les seconds ont une contre-mélodie lyrique, tandis que la ligne de basse est en grande partie constituée de mouvement pizzicato. Ce mouvement est léger et aéré, Haydn montrant son côté sensible.

Mouvement III

Le troisième mouvement est défini comme un menuet et un trio, le premier commençant en ut majeur, avant de se moduler en fa majeur. Le menuet est majestueux et pompeux et présente une fois de plus les bois, les cuivres et les timbales. La section trio est lyrique et scintille avec style. Haydn était un véritable maître de ces styles, rendant chaque rebondissement si brillant.

Mouvement IV

La finale, marquée Presto, ramène les festivités du mouvement d’ouverture. L’excitation et le rebond instantanés dans les cordes sont contagieux, et le reste de l’ensemble se joint bientôt à la jubilation. Il y a quelques rebondissements intéressants tout au long de ce mouvement, où Haydn joue avec la dynamique et l’harmonie. Tout cela mène à une finale entraînante de cette symphonie pétillante.

Ⓒ Alex Brûle

Bonne lecture!

Source des images

Vous pourriez aussi apprécier… #Haydn104

Enregistrements recommandés :



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *