MEGADETH règle un procès avec les malades, les mourants… et les morts ! Artiste

0


Légendes du thrash metal Megadeth ont réglé leur procès avec Les malades, les mourants… et les morts ! concepteur d’albums Brent Elliott Blanc, qui a affirmé qu’il n’avait jamais été payé par le groupe et a allégué une violation du droit d’auteur. Le 11 mai, les deux parties ont déposé un avis conjoint de règlement et ont déclaré que « les parties sont parvenues à un accord de principe pour la résolution de cette action », selon Le journaliste hollywoodien.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

BlancL’avocat de a confirmé que « l’affaire a été résolue à l’amiable ».

L’artiste a affirmé en février avoir « créé des œuvres d’art et des personnages au fil du temps pour Megadeth qui sont devenus une partie intégrante de l’identité du groupe « sans être payés. White a déclaré qu’il avait été initialement contacté par le groupe au début de 2020 pour créer l’œuvre d’art et, après avoir accepté de travailler avec Megadeth, n’a pas reçu ou signé de contrat écrit. White affirme que l’œuvre a subi « de multiples révisions et modifications et des centaines d’heures de travail ».

White a utilisé l’acte Freelance Isn’t Free de New York, qui exige un contrat écrit et exige un « paiement rapide et intégral » pour tout travail de plus de 800 $.

Comme cela était initialement couvert par Metal Injection en févrieren juin 2022, Blanc a été contacté par Megadeth directeur Bob Johnsen pour créer des illustrations supplémentaires pour la prochaine tournée du groupe. À ce moment-là, Blanc mentionné à Johnsen qu’il n’y avait toujours pas de contrat en place pour son travail, auquel Blanc réclamations Johnsen a répondu « Je sais que le temps de sortie de l’album est mouvementé, mais je dois mentionner que tout envoi, y compris la pochette de l’album, dépend de la rémunération et du contrat. Nous allons donc devoir régler cela bientôt. » Blanc revendique également Johnsen puis a dit que « personne n’avait l’intention de ne pas mettre cela sur papier maintenant » et qu’il « l’apporterait de la bonne manière ».

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Blanc prétend ensuite que lorsque le premier single de Les malades, les mourants… et les morts ! a été libéré par Pierre roulanteil n’a été reconnu comme l’artiste responsable d’aucune des œuvres d’art. Blanc affirme avoir contacté UMG, affirmant qu’en l’absence d’accord ou de contrat signé, il était toujours propriétaire de l’œuvre et que le label portait alors atteinte à ses droits d’auteur. Blanc affirme en outre qu’il n’a toujours pas été payé ni signé de contrat lors de la libération de Les malades, les mourants… et les morts ! plus tard en 2022.

Le rapport indique également que les deux parties déposeront une stipulation de licenciement dans les 30 prochains jours.

Vous voulez plus de métal ? Abonnez-vous à notre newsletter quotidienne

Entrez vos informations ci-dessous pour obtenir une mise à jour quotidienne avec tous nos titres et recevoir la newsletter The Orchard Metal.



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *