Philly’s Phinest – Philth Spector – Spice on the Beat

0


Il n’y a pas si longtemps, j’ai reçu un e-mail concernant un producteur basé à Philadelphie du nom de Philth Spector. Alors que Philly’s Phinest tourne généralement autour d’artistes de Philadelphie que j’ai personnellement rencontrés dans la vie réelle, des artistes comme Philth sont exactement la raison pour laquelle j’aime tant cette ville. Je ne voulais pas donner trop de détails sur son nouveau projet, Les sons de Philthadelphie, tome 2, juste parce que je ne pense pas que cela rendrait justice à l’idée, alors j’ai pensé que je le ferais asseoir pour une conversation pour lui expliquer sa nouvelle compilation. Vous pouvez continuer à lire ci-dessous pour trouver une conversation avec le beat-maker et comment il a proposé ce concept extrêmement dopant. De plus, vous pouvez consulter son dernier projet, Les sons de Philthadelphie, tome 2, ici!

Le producteur de Philadelphie Philth Spector a grandi avec une variété d’intérêts pour la musique, apprenant tout seul allant d’Iggy à Dr. Dre à la guitare basse. Après s’être lié d’amitié avec un camarade de classe qui lui a appris à faire des beats à partir d’une copie pirate de Fl Studio, il a incorporé ces sons dans sa production, mettant en valeur ses différents intérêts. Malheureusement, il a mis une pause dans sa création de rythmes, poursuivant son amour de la musique avec des groupes live jusqu’à la pandémie, lorsqu’il a investi dans Ableton et a recommencé à produire. Depuis, il a sorti quelques projets, dont La boutique de Paul revisitéeun remix de Beastie Boys La boutique de Paulet sa première tranche de Les sons de Philthadelphie.


Salut Dan! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me parler aujourd’hui de votre nouveau projet. Quand j’ai entendu les morceaux ET découvert que vous veniez de la région de Philadelphie, j’étais bien trop excité ! Pouvez-vous expliquer aux lecteurs les prémisses de votre nouveau projet, The Sounds of Philthadelphia, Volume 2 ?

PS : « J’ai grandi à Philadelphie et mes deux parents sont fans de Philadelphia International Records, alors en grandissant en entendant toutes ces superbes chansons de Gamble and Huff, j’ai toujours été fan. Quand j’ai commencé à faire des beats à l’université, j’ai eu l’idée de faire éventuellement un projet en utilisant des samples de ce label. Après l’université, j’ai commencé à travailler davantage et j’ai arrêté de faire des beats pendant un certain temps, malheureusement, mais pendant la pandémie, j’ai obtenu une copie d’Ableton et j’ai vraiment recommencé à rester occupé tout en étant coincé à la maison.

Après avoir compris comment faire des beats dans Ableton, j’en ai montré quelques-uns à un ami, et il m’a dit qu’ils lui rappelaient l’album classique Paul’s Boutique de Beastie Boy, qui a suscité l’idée de remixer l’intégralité de l’album. Près de 300 samples plus tard, ce projet était terminé et j’ai commencé à penser à ce que pourrait être ma prochaine beat tape. Je suis revenu à l’idée de Philadelphia International Records et j’ai commencé à parcourir la discographie du label depuis le début, en faisant au moins un beat par album. J’ai sorti le volume 1 en mars et j’ai travaillé sur le volume 2 peu de temps après, qui est sorti le 3 juin. Le volume 3 est en cours.

L’amour et l’histoire derrière ce projet brillent vraiment et je pense que le lien familial est magnifique ! J’ai tellement hâte de voir ce que vous avez en réserve pour le tome 3 ! Lors de la création du concept de ce projet, quelle a été l’inspiration principale pour le structurer comme vous l’avez fait ? En quoi diffère-t-il du tome I ?

PS : « J’ai été inspiré en grandissant à Philadelphie et en entendant ces chansons, et en étant juste un fan du label. Je pensais que ce serait un hommage cool d’une certaine manière. Vol. 1 a été créé en utilisant Ableton et Vol. 2 a été réalisé en utilisant une combinaison de Koala Sampler et de SP-404sx. J’aimerais penser que la différence est que je me suis amélioré pour faire des beats, mais cela dépend de l’auditeur.

Je pense qu’entendre la progression et la croissance d’un artiste est tellement gratifiant lorsque vous avez suivi son parcours. J’ai vraiment hâte de suivre le vôtre et d’en faire l’expérience. Lorsque vous avez travaillé sur le projet, quel album s’est avéré le plus difficile à aborder ? Quelles mesures avez-vous prises pour surmonter cela ?

PS : «Pour la plupart, je connaissais assez bien les albums que j’essayais d’échantillonner, mais il y en avait quelques-uns que je ne connaissais pas ou l’échantillon évident a déjà été fait à mort. Le seul disque qui a vraiment marqué le Vol. 2 batch était un disque de rock sur le label d’un groupe appelé Spiritual Concept dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Le disque était vraiment cool à écouter, mais difficile à sampler car je sample rarement des disques de rock. Je l’ai juste écouté plusieurs fois et j’ai fini par m’inspirer de la Motown Beat Tape de J Dilla.

C’est tellement drôle que tu dises ça parce que l’influence de Dilla transparaît tellement ! Maintenant, avec un titre comme Sounds of Philthadelphia, attirez-vous d’autres attributs de Philadelphie dans votre musique ? Peut-être certaines influences musicales ou repères ou sonorités propres à la ville ?

PS : « Le titre de la série est une pièce de théâtre sur l’étiquette de Philadelphia International Records » The Sound of Philadelphia « mixée avec mon nom de beatmaker, Philth Spector (qui est lui-même une pièce de théâtre sur le tristement célèbre producteur Phil Spector). Je pense qu’il suffit de grandir à Philadelphie et d’entendre cette musique tout le temps, ainsi que les grands groupes de hip hop The Roots et l’ère State Property. Apprendre à faire des beats à l’université de Philadelphie, voir des rediffusions de Soul Train à la télévision quand j’étais enfant, etc. Même si je suis juste de l’autre côté du Tacony Bridge dans le New Jersey, Philadelphie aura toujours une influence sur la musique que je fais.

Rien que la créativité derrière le jeu de mots est exaltante ! Des artistes comme vous sont la raison pour laquelle j’ai l’impression de ne jamais vouloir quitter la scène musicale de Philadelphie. Le talent va au-delà des beats et vraiment se manifeste dans une vision d’ensemble. Vraiment génial. Selon vous, quelle chanson du projet est la plus typique de Philadelphie en ce sens qu’elle incarne le plus la ville ?

PS : « C’est vraiment difficile à dire, je ne peux pas choisir. J’espère qu’il y a quelque chose sur le projet pour tout le monde.

Je sais que c’est toujours une question difficile à répondre ! Mais je pense vraiment que tu as raison. Il y a un peu de Philly pour tout le monde. En parlant de ça, si vous pouviez amener des rappeurs de Philadelphie à participer au projet, qui serait-ce et sur quelles chansons ?

PS : « J’ai vraiment fait la bande comme un projet instrumental donc je ne pensais à aucun rappeur quand je l’ai faite. Mais j’aimerais entendre quelques voix maintenant qu’il est là-bas. Si des rappeurs sont intéressés à travailler ensemble sur des morceaux, contactez-moi sur Twitter ou Instagram @Philth_Spector.

N’en dites pas plus, je serais honoré d’aider à faciliter cela ! J’ai déjà toute la liste en tête. Et pour commencer ces introductions, j’aimerais plonger un peu plus dans votre carrière et vos antécédents. En tant que producteur à Philadelphie, quel est selon vous un mot qui résume le son de Philadelphie ?

PS : « Je pense que la musique de Philadelphie est très émouvante, mais a toujours un peu de grain, une crudité. »

Bien dit! Lorsque vous travaillez dans cette industrie dans cette ville en particulier, quel a été, selon vous, votre plus grand combat en tant que producteur ? Et en revanche, quel est le plus gros avantage que Philly a à offrir aux artistes ?

PS : « Je ne dirais pas du tout que je travaille dans l’industrie de la musique. J’ai fait cette cassette et toute la musique sur ma page Bandcamp dans ma chambre hahaha. Je fais juste des beats parce que j’aime faire de la musique et si d’autres personnes l’écoutent c’est super, et s’ils apprécient les beats c’est encore mieux.

Je pense que Philadelphie a beaucoup à offrir aux musiciens, aux endroits où jouer, aux studios, etc. Tous les beatmakers ou rappeurs doivent absolument rester à l’écoute du mouvement Flip a Beat Club. Tout a commencé à Sacramento, en Californie, mais à partir du 8 août, il y aura l’événement mensuel inaugural pour le chapitre de Philadelphie chez CrateDiggaz Records au 711 4th St. organisé par Q Rap No Name (@qnorapname sur Instagram).

Oh wow! Je n’ai jamais su cela! Je n’ai toujours pas visité CrateDiggaz mais je connais beaucoup de ces gars, et j’attends toujours de les emmener à un événement Cadence in the Clouds *ahem*. Je vais devoir vous avoir aussi, mais si ce n’est pas avant, alors peut-être qu’on se retrouvera à la boutique ! Qu’espérez-vous voir sortir de la scène musicale de Philadelphie et où espérez-vous vous retrouver ?

PS : « J’adorerais voir le chapitre de Philadelphie du Flip a Beat Club décoller. Le chapitre de Sacramento est vraiment en plein essor avec des événements mensuels, des vitrines de battements et plus encore. Je pense qu’il y a un grand potentiel avec le chapitre de Philadelphie pour faire des choses similaires à travers la ville et j’espère être là dans le mélange.

J’espère que c’est aussi le cas. Je suis extrêmement curieux à ce sujet et j’aimerais en savoir plus. Je suis sûr que mes lecteurs le feraient aussi ! Cela étant dit, qu’est-ce que vous avez à venir et où les auditeurs peuvent-ils vous trouver pour rester à jour avec Flip a Beat Club et les nouvelles sorties ?

PS : « Je travaille activement sur Les sons de Philthadelphie Vol. 3 tomber un peu plus tard cet été. En attendant, je participe à divers beat challenge en ligne tels que Flip a Beat Club, Serato Kitchen, The Beatcast et Koala Beat Challenge et je poste toujours mes beats sur les réseaux sociaux. Si quelqu’un est intéressé à en savoir plus, consultez mes pages Twitter et Instagram @ et suivez sur Bandcamp : https://philthspectorxphilly.bandcamp.com/.

Merci encore pour cette opportunité et merci à tous ceux qui ont regardé mes beats, j’espère que vous avez apprécié ! »

Si vous avez apprécié cette interview et souhaitez entrer en contact avec Philth Spector, vous pouvez le suivre sur Instagram et Twitter ci-dessous :



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *