Thelma Houston – 1976 – Comme vous l’aimez Téléchargement gratuit

0


C’est l’album avec « Ne me laisse pas comme ça” – la version complète 5:42 !

C’est en soi une raison suffisante pour acheter cet album, mais jetez un coup d’œil aux morceaux restants. La face 1 vous donne envie d’enlever vos chaussures et de secouer vos fesses – le funky « Comme vous l’aimez« , suivie par « Ne me laisse pas comme ça« , malheureusement la chanson qui l’a étiquetée One-Hit-Wonder aux yeux de beaucoup de gens, suivie de sa version stellaire de « Don’t Know Why I Love You » de Stevie Wonder qui va du style « Love Hangover » de lent à haut- tempo.

La face 2 est dédiée aux ballades, et «Venez à moi » et « Ne me fais pas payer” sont des slow jams classiques du milieu des années 70, tout simplement magnifiques ! Son point de vue sur « Si c’est la dernière chose que je ferais» a en fait été enregistré en 1972 mais est resté inédit pendant quatre ans jusqu’à ce qu’il soit inclus dans cet album. Il a été publié en tant que single de suivi de « Don’t Leave Me This Way » – une mauvaise décision car ce n’était tout simplement pas un single. Encore une superbe piste. Les faces B des deux singles incluent « Aujourd’hui sera bientôt hier » et « Si tu ne me laisses pas marcher sur l’eau“.

Avec le LP de 1977 « The Devil In Me », Thelma ne fait pas mieux que ça !

Des pistes
A1 Comme vous l’aimez 6:13
A2 Ne me laisse pas comme ça 5:39
A3 Je ne sais pas pourquoi je t’aime 5:04
B1 Venez à moi 4:09
B2 Ne me faites pas payer (pour l’erreur d’une autre fille) 3:56
B3 Partager quelque chose de parfait entre nous 3:48
B4 Si c’est la dernière chose que je fais 3:06
B5 Différemment 3:49

Je me souviens au début de 1977, la chanson Ne me laisse pas comme ça était sorti en single par les enregistreurs originaux de celui-ci, Harold Melvin et les notes bleues (avec Teddy Pendergrass au chant profond) mais aussi par Thelma Houston, une chanteuse peu connue qui bossait, sans succès, sur la Motown depuis quelques années. C’était la version disco plus vivante et plus nerveuse de Houston que je préférais à celle plus émouvante d’Harold Melvin, assez curieusement. La sienne était une version dynamique, pleine de vitalité, avec la voix montante de Thelma et ce tueur de clavinet aussi. C’était l’album qui accompagnait le single. Au départ, cela semblait être un album disco, mais peu à peu, cela devient une ballade soul assez standard. C’est un album parfaitement agréable de disco-soul des années 70 de qualité, mais au fur et à mesure qu’il progresse, c’est un tarif standard. Rien de remarquable, mais certainement une bonne écoute de temps en temps.
Anyway You Like It donne le coup d’envoi à la mode disco optimiste et contagieuse.

Ne me laisse pas comme ça se tient debout pour lui-même. C’est un merveilleux morceau disco, cette fois avec la voix de Thelma au centre de la scène. Il s’agit de la version étendue (je connaissais l’édition unique, il faut donc un peu de temps pour s’y habituer en chantant). Découvrez cette interaction clavinet-cymbales à trois minutes. Ensuite, profitez également de la voix puissante de Thelma. Perfectionnement disco. Pour moi, c’est l’un des grands titres disco des années 70.



Je ne sais pas pourquoi je t’aime garde l’âme dans une veine disco avec un numéro influencé par Philly. Il a un refrain accrocheur soutenu par des cuivres plus percutants et une guitare funky. À trois minutes, il y a un morceau rythmique groovy d’interaction entre basse, guitare et batterie qui est juste addictif. Ceci est une autre piste de cuisine. L’ambiance disco se termine ici, à peu près, malheureusement, et nous entrons tête la première dans le territoire des ballades soul standard.

Venez à moi est un bon, cependant, avec une belle voix chaude et une ligne de basse mélodique et profonde. Ne me faites pas payer (pour l’erreur d’une autre fille) est une belle ballade soul un peu dans la veine de Millie Jackson, avec une partie parlée au milieu. Je comprends en quelque sorte que l’ancien « side one » était censé être le côté optimiste, tandis que le second était plus décontracté et émouvant, mais je dois dire que je préfère le dynamisme des trois premiers morceaux.



Trouver ici

Plus de ses albums dans nos dernières pages ici



Source_link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *